Renaissance 1400 - 1600

bouffon de Franz Hals (1620)

Luth Renaissance

La création de l'imprimerie musicale permettra la diffusion des oeuvres de façon rapide et étendue. C'est en 1501 que l'imprimeur vénitien Petrucci publie un premier recueil de messe et de motets de Josquin. A partir du XVIme les compositeurs italiens proposent de nouvelles formes, et passent maître dans l'art polyphonique. En Allemagne, au XVI me siècle, l'art musical marque un certain retard sur celui des pays voisins. Mais la Réforme lui donne un nouvel élan avec Luther (1483-1546) passionné de musique sous toutes ses formes et compositeur de chants religieux. Sous le nom de Chorals, ses cantiques, chantés en langue vulgaire, deviennent le centre de la liturgie de l'église protestante. Pour les autres compositeurs, la musique profane semble susciter autant d'intérêts que la musique religieuse, si l'on se rapporte à la publication importante en France de nombreux recueils de chansons polyphoniques à quatre parties. 

Le XVI me siècle apporte la spontanéité, la vivacité et le rythme à la chanson populaire. Les améliorations apportées aux instruments à clavier, en particulier à l'orgue, permettent de jouer plusieurs parties à la fois. Pour permettre la lecture simultanée de ces parties réunies sur une même page, on inventa  les « tablatures » ancêtres de nos partitions. Le luth, sorte de guitare à cinq cordes, d'origine égyptienne, et introduit par les Arabes en Europe, connaît une grande vogue, particulièrement à la cour de François Ier, et séduit les virtuoses. Dès 1550 les violons et les violes, prennent de l’importance et s'améliorent notablement. L'étendue sonore est augmentée de deux octaves passant ainsi à cinq octaves. Pour la première fois, les sons produits par les instruments dépassent les limites de la voix.



$zurka N°4 Copyright © Francisco Vicent 2009  Méthodes Partitions Exercices Blog Site map Contact